Vous êtes ici

Curage du lac Borély pour préserver la biodiversité

28 janvier 2020

En raison de l'envasement du lac situé au sein du parc Borély, la Ville de Marseille a décidé, pour des raisons d'ordre environnemental, de lancer une opération de curage en eau.

L'opération consiste à extraire les sédiments qui se sont accumulés par décantation sous l'eau sans pour autant vidanger le lac, ce qui permet de préserver au mieux le site et son écosystème.

La profondeur du plan d’eau a considérablement diminué en raison de l'accumulation des dépôts naturels et pourrait nuire à terme à la faune aquatique et terrestre du site.
L'envasement contribue à diminuer la quantité d’oxygène présente, indispensable à la vie des poissons et des insectes aquatiques. 
C'est pourquoi la mairie a entrepris le lancement de cette opération dite de "curage en eau avec déshydratation sur géotubes et valorisation des sédiments de curage", réalisée par une société hautement qualifiée et spécialisée. 

Le chantier, subventionné à hauteur de 70% par le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône, a démarré le 22 janvier dernier. La durée des travaux estimée est de 6 mois. Durant ces travaux, une partie des abords du lac (attenante à l'embarcadère des barques) sera inaccessible au public pour sécuriser le chantier.  La partie des berges côté jardin botanique ne sera pas concernée et reste donc accessible au public.

Ces travaux nécessitent la mise en place de dispositifs techniques capables d'extraire, de stocker et d'assécher 4 500 m³ de vases.

Cette opération s'effectue en trois étapes successives :

  • le pompage des vases et des sédiments au moyen d'une pompe installée sur un bateau.
    Les sédiments ainsi aspirés sont déposés dans une aire de traitement où l'on va séparer l'eau de la boue.
    L'eau filtrée rejoint ensuite à nouveau le lac mais sans les vases qu'elle contenait.
  • la déshydratation des vases (ce qui permet de réduire les volumes et les tonnages des matières à évacuer),
  • l'évacuation des sédiments déshydratés en vue de leur valorisation : les vases, une fois séchées, sont évacuées vers une unité de compostage externe.

Le fait de choisir de curer le lac plutôt que de le vidanger complètement permet de préserver l'écosystème en place, notamment la faune (canards, ragondins, poissons, tortues, insectes...) qui peut fuire les zones de pompage et se réfugier dans d'autres zones du lac pendant les travaux de curage.
 

Soucieuse de son environnement, la ville de Marseille entretient un patrimoine écologique important avec notamment 53 grands parcs dont 15 de plus de 5 hectares, qu'il convient de préserver. 








 

 

Réseaux sociaux

 

Suivez nous sur Facebook !

 
 

  Live Tweet